La Lune, rêve inaccessible ? (Critique de To the Moon)

Il est de ces jeux, des fois, qui nous transportent dans leur propre univers, et qui, l’espace de quelques heures, nous permettent de rêver, comme un enfant peut le faire. To the Moon fait partie de ce genre de jeu.

Mais qu’est ce que To the Moon, exactement ? Eh bien, il s’agit d’un jeu développé par le studio indépendant Freebird Games, un studio fondé par le canadien Kan R. Gao, qui se targue d’être un “RPG-Aventure” possédant beaucoup de similitudes avec le style du Point’n’click, et racontant une histoire, un peu comme un Visual Novel.

Qui dit RPG dit, souvent, combat, gestion de l’experience, tout ça tout ça. Oubliez ça ici. A part une scène a portée humoristique, le jeu ne possède pas de combat.

L’histoire semble, en apparence simple. Nous contrôlons 2 personnes, les docteurs Neil Watts et Eva Rosalène. Ce sont deux docteurs qui contrôlent la mémoire des personnes pour leur permettre de réaliser leur voeu le plus cher, au biais d’une machine. C’est bien beau me direz vous, mais il s’avère vite que le processus est si compliqué que les docteurs Watts et Rosalène ne peuvent le réaliser que sur des personnes aux portes de la mort.

Le docteur Watts est du genre a avoir la plaisanterie facile, trolle parfois beaucoup, et parle beaucoup de “culture geek” (comme qui dirait) et de jeux vidéo, pendant que le docteur Rosalène est plus sérieuse et réservée, et n’hésite pas a ramener son collegue a l’ordre. Les discussions entre eux deux font tout le sel du jeu, avec des piques fréquentes envoyées a l’un ou l’autre et des discussions a mourir de rire parfois.

Nous commençons le jeu dans une grande maison a flanc de falaise, cotoyée seulement par un phare. Lequel phare sera très important dans l’histoire. La maison est occupée par un vieil homme appellé Johnny, en fin de vie, qui est assisté par une femme appellée Lily et ses 2 enfants. Vieil homme en fin de vie + docteurs Watts et Rosalène …je dois vous faire un dessin ? 😛

Bref. On apprend que le voeu le plus intense de Johnny est d’aller sur la Lune (d’ou le titre du jeu), mais personne, pas même lui, ne connait la raison qui le pousse a vouloir tellement que ce souhait se réalise. Donc, les docteurs sont obligés de remonter ses souvenirs pour comprendre POURQUOI il souhaite tellement ça.

Et la, un 2ème problème se pose. Johnny est en fin de vie, très faible, et cette opération est très exigeante. Il faut faire en sorte que cette opération ne lui coûte pas trop pour, ensuite, pouvoir réaliser son rêve.

Donc, nous voila partis dans les souvenirs de Johnny, a remonter toute sa vie en sens inverse, de la vieillesse a l’enfance. Nous découvrons également sa femme, River, que Johnny aimait tellement qu’il a tout sacrifié pour elle. River, qui était pour le moins …bizarre. Nous entendons également parler d’une certaine Anya, dont le spectre flotte au dessus de la relation entre River et Johnny, mais qu’on ne voit jamais.

Nous en apprenons beaucoup sur les penchants de Johnny, son goût pour les olives, etc. Nous apprenons ses secrets les plus enfouis, pourquoi sa mère, étant gamin, l’appelait Joey.

Tout cela accentué par la réalisation artistique du jeu. Faite entièrement par Kan Gao, le jeu est dévellopé via RPG Maker, en 2D, ce qui apporte un certain charme. La musique est également composée par Kan Gao, avec l’aide de Laura Shigihara, qui a prêté sa voix pour une chanson. La bande son est l’une des plus belles qu’il m’ait été donné d’écouter de toute ma vie, et renforce tellement le côté immersif du jeu

Juste en dessous, voici une vidéo montrant une scène du jeu. Potentiel spoil, je ne vous conseille pas de la regarder si vous ne voulez pas vous spoiler

Bref, ce jeu, représente pour moi tout ce que l’on entend quand on parle du jeu vidéo en tant qu’art. Il ne possède pas forcément des graphismes photoréalistes, mais ils servent parfaitement les intérêts du jeu en tant qu’ensemble. La musique est magnifique et sert aussi les intérêts du jeu, qui, l’espace de 4 a 6h, nous permet de nous évader, rentrer dans un autre monde et suivre les pérégrinations attendrissantes d’un vieil homme.

Faites ce jeu.

Advertisements

#TFGA15 : a quoi qu’il a joué le Wolv cette année ?

11Bonjour les gens, du moins les matinaux qui ne font pas la grasse mat en ce 31 décembre ! J’espère que vous allez bien, que vous faites une indigestion de chocolat et que  vous avez pris 2 kilos en cette période de fêtes, que vous avez été gâtés a Noël et que …bah que vous passez du bon temps en famille, entre amis, finalement. N’est ce pas le plus important ?

Bref, après cette introduction festive, laissez moi vous parler du pourquoi de cet article. Le TFGA (ou Top Five Games Addict) est un concept lancé par un collègue blogueur, concept que je faisais a l’origine dans les commentaires de son blog, puis qui m’a poussé a créer ce blog. Il s’agit d’Alex, dont voici le blog, ( http://www.alex-effect.com )

En gros, tout les mois, ce cher Alex donne un sujet, et les gens qui veulent font un Top 5 sur ce sujet. Sujet lié aux Jeux Vidéo, sur beaucoup de points différents. Et donc, en ce mois de Décembre, le sujet, somme toute assez classique, était “les jeux que vous avez préférés en 2015”

Aucune restriction sur le sujet, ce sont bien “les jeux de VOTRE 20125” et non “les jeux de 2015”. Cela veut dire que les jeux de notre top ne sont pas forcément sortis en 2015, mais qu’on y a joué (ou rejoué ?) en 2015. Et heureusement, car moi, en 2015, je n’ai joué qu’a 2 jeux de l’année, alors voila.

Donc, après cette intro explicative, passons au Top. Il faut savoir que j’ai très vite su quels jeux mettre, mais que j’ai longuement hésité sur l’ordre.

5 ) Monster Hunter 4 Ultimate

Zynogre stygien

Je place MH4U en 5eme, bien que j’aurais pu le mettre plus près des 1eres places. Je m’explique. Je suis un fan absolu de la série, et ce jeu est d’une qualité indéniable même dans la série. Passionnant, un contenu énorme (il y a vraiment moyen d’y passer 1500h dessus), beaucoup de monstres (dont mon favori, le Zinogre stygien dont je viens de vous mettre l’image) mais …au final, j’y ai passé peu de temps. 120h, pour un jeu de cette trempe, c’est peu. Un blocage, peut être, j’arrive pas a m’y investir dedans. En espérant que ça sera corrigé avec Monster Hunter X.

4 ) NieR

NieR

4eme, on passe a un jeu un peu plus ancien. NieR, sorti en 2009 sur PS3 et 360 (1 version pour chaque console, NieR Gestalt et Replicant) est un jeu très peu connu et sous estimé. Je n’ai jamais eu l’occasion d’y jouer …jusqu’a ce que je trouve la version PS3 (celle que je voulais) il y a environ 1 mois.

Je n’ai jamais eu l’occasion d’y jouer, mais c’était l’un des jeux de la précédente gen auxquels je voulais le plus jouer. Une poésie indéniable, une OST qui peut prétendre au Panthéon des plus belles OST de jeux, ce jeu fait débat surtout pour son gameplay, somme toute assez archaïque.

Je suis a 7 ou 8h de jeu actuellement (il faut que je m’y mette plus sérieusement) et pour l’instant je dois dire que mes attentes sont comblées. Ce jeu est vraiment magnifique. Si vous ne l’avez jamais fait, faites le (la version 360 est beaucoup moins rare et chère que la PS3)

3 ) Final Fantasy 4 DS

FF4 DS

En cette période de “FF7/15 hype” moi, je fais mon hipster et me refais FF4. Je l’ai toujours dit et répété, pour moi (mais ce n’est que mon avis, ça n’engage que moi) la trilogie majeure des FF n’est PAS FF7 8 9, mais bien FF4 5 6. Dans les 7 8 9, il n’y a que le 8 que j’apprécie vraiment, et il s’agit du plus décrié des 3.

FF6 est mon FF favori, FF5 est excellent et très sous estimé, et FF4 est quasiment l’équivalent de FF6 et 10 dans mon coeur. Cecil notamment, le héros, est mon héros masculin favori tout FF confondus. Il se révèle au fil du jeu être un personnage d’une profondeur psychologique vraiment intéressante, et j’aime beaucoup ça.

FF4, je l’ai connu sur GBA a sa sortie. Et il y a 3 semaines, j’ai trouvé la version DS. Je l’ai prise pour voir les différences avec la version GBA. Et. C’est beau. L’aventure est plus ou moins la même (a quelques différences près) mais je met ce jeu dans le Top sur la base de la beauté, et aussi parce que je suis dans une periode ou j’avais pas fait FF4 depuis longtemps et que je redécouvre plus ou moins le jeu)

2 ) To the Moon

To the Moon

En 2eme, un petit jeu indépendant créé par une petite boîte peu connue, Freebird Games, et notamment par un homme, Kan Gao, qui a plus ou moins tout fait. Le développement du jeu, via RPG Maker, la musique du jeu, qui est magnifique d’émotion et sert totalement les intérêts du jeu. To the Moon est un petit jeu de environ 5-6h, ou 2 scientifiques remontent les souvenirs d’une personne sur le point de mourir pour exaucer son vœu d’aller sur la Lune. Ce jeu a tout. Alors certes c’est un jeu textuel type Point’n’click, ça plaira pas a tous. Mais on ne joue pas a ce jeu pour le gameplay. Ce jeu est une expérience a vivre au moins une fois. L’histoire est poétique et émouvante, on est soit attendris, soit choqué par ce qu’on apprend, et les dialogues d’un humour indéniable avec plein d’easter eggs entre les 2 héros rajoutent un peu de piment a cette aventure. On se laisse facilement plonger dans le jeu. A faire absolument.

1 ) Xenoblade Chronicles 3DS

Xeno 3D.jpg

En 1er, le jeu sur lequel j’ai passé le plus de temps en 2015. Sorti en Avril, et, au 31 Décembre, je compte 134h dessus. Apres avoir passé 250h dessus lors de sa sortie sur Wii en Aout 2011.

Autant dire que je suis un véritable addict de ce jeu. Xenoblade est l’une des plus grosses surprises de ces dernières années pour moi. Une aventure épique quoi que plus ou moins prévisible quand on connait le genre, des personnages hyper intéressants, des quêtes annexes nombreuses, même si toutes ne sont pas forcément intéressantes, certaines sont des longues quêtes proposant un peu de background, en nous expliquant l’histoire du monde, etc, un sociogramme absolument énorme, des paysages immenses a couper le souffle. Pour tout finir a 100%, comptez environ 400h. Et c’est mon objectif. Je suis pas sorti de l’auberge.

 

Bref, voila les jeux qui ont marqué mon 2015. J’ai hâte de voir ce que 2016 nous réserve, car beaucoup de jeux sont prévus, et je pense que nous allons tous adorer cette année niveau Jeux Vidéo.

Sur ce, je vous dit a une prochaine fois ! o/ See ya later !

Distant Worlds, enfin !

distant worlds Enfin ! Mercredi soir, en sortant du boulot comme tout les jours, je faisais ma visite quotidienne sur internet quand j’ai vu une personne dans mon fil Facebook participer a un évènement. Intrigué, je vais voir l’évènement, et qu’est ce que j’apprends ? Distant Worlds, concert emblématique pour qui aime les musiques de Jeu Vidéo, revient en France ! Pour ceux qui se demandent ce qu’est ce concert, laissez moi vous expliquer. Distant Worlds est donc un concert ou un orchestre réinterprète les musiques emblématiques de Final Fantasy. Il faut savoir que j’ai été nourri aux J-RPG moi, donc forcément, Final Fantasy, ça me parle. J’ai un peu décroché de la série depuis le X, hélas, mais les musiques sont d’une qualité difficilement discutable. Donc forcément, quand j’ai appris que ce concert revenait en France, le 23 Avril 2016, au Grand Rex en prime, je n’ai pas hésité. Ni d’une ni de deux, jeudi, a ma pause de 15h20 (la billetterie ouvrait a 15h) je me suis précipité. Alors oui, je suis faible, je me suis payé une place en Carré Or, soit la plus chère (mon porte monnaie euuuuuuuh 😦 ) mais au moins je serais idéalement placé, et je vais pouvoir rencontrer, s’il vous plaît, Nobuo Uematsu (soit l’un de mes 4 compositeurs favoris avec Yoko Shimomura, Yasunori Mitsuda et Motoi Sakuraba) a la fin du concert. Depuis, je calcule les jours. C’est encore loin le 23 Avril 😦 Y a t’il des chances que je voie certains d’entre vous ?