Expérience perso : la schizophrénie, qu’est ce ?

On se retrouve ce soir pour un article assez différent de ce que je pouvais proposer. La ou, en temps normal, je parle de sujets plus culturels, ce soir je vais parler d’un sujet beaucoup plus lourd et grave, et ça ne m’enchante pas de faire cet article

Depuis …16-17 mois a peu près, je voulais faire cet article, mais je n’ai jamais eu le courage de m’y mettre, par peur d’engranger des réactions incompréhensives, et de trop dévoiler des choses dont je n’aime pas me souvenir

Je vois souvent passer des choses qui ne me plaisent pas, sur Twitter notamment. Parmi celles ci, une en particulier m’interpelle : les gens, souvent, ne savent pas ce qu’est la schizophrénie

Qu’est ce donc que la Schizophrénie ? Je vais vous donner la définition de base, et vous raconter comment ça a pu impacter ma vie. Car oui, j’ai été diagnostiqué schizophrène il y a bientôt 5 ans, et suis soigné pour depuis cette période.

Alors. En 1er lieu, et j’insiste sur ça, la schizophrénie N’EST PAS une maladie rare. On estime sa prévalence à environ 1% de la population mondiale, ce qui fait plus de 70 millions de personnes dans le monde (en comparaison, nous sommes 67 millions de personnes vivant en France)

Deuxièmement, tout aussi important, il ne faut pas confondre ce que l’on appelle les TDI pour Troubles Dissociatifs de l’Identité. 

Souvent, on croit que la schizophrénie est un dédoublement de la personnalité, alors que pas du tout, car c’est ceci que l’on nomme Trouble Dissociatif de l’Identité.

La schizophrénie est une maladie du cerveau qui touche la pensée, les sentiments et les émotions, tout comme les perceptions et les comportements de la personne. Cependant, toutes ces fonctions ne sont pas perturbées au même moment et a mesure égale. De nombreuses personnes souffrant de schizophrénie peuvent avoir un comportement parfaitement normal pendant de longues périodes, de même qu’elles peuvent souffrir de périodes de crise.

Bien qu’elle n’affecte pas l’intelligence de la personne, la schizophrénie occasionne souvent un certain nombre de déficits cognitifs qui perturbent l’attention, la mémoire, l’apprentissage et le traitement de l’information. Ces déficits sont souvent présents dès le début de la maladie et diminuent la capacité de la personne à réagir de manière appropriée avec son milieu, ce qui occasionne souvent un décalage “social”, et une inadaptabilité a réagir normalement aux stimulis sociaux (waouh, j’ai réussi a écrire ça)*

Cette maladie a aussi d’autres répercussions que sur le comportement. Elle peut également attaquer les sens et perceptions de la personne, occasionnant par la même une sorte de paranoïa constante (en période de crise)

Un peu dans le désordre, voici une liste des possibles symptômes que peut ressentir une personne schizophrène

  • éprouver des difficultés à établir un contact avec son entourage ;
  • être envahie par des idées et des impressions étranges ;
  • avoir l’impression d’entendre des voix qui, bien que n’existant pas réellement, font partie de sa réalité ;
  • être prisonnière de ses hallucinations et de son délire ;
  • avoir une perception de soi partiellement, voire totalement altérée ;
  • avoir beaucoup de difficultés à distinguer ce qui est réel de ce qui ne l’est pas ;
  • avoir la conviction que certaines personnes lui veulent du mal ;
  • se replier sur elle-même et se comporter d’une façon bizarre ou imprévisible ;
  • se désintéresser de nombreuses choses: habillement, ménage, hygiène corporelle, gestion de ses biens ;
  • avoir des réactions émotionnelles étranges et incongrues ;
  • percevoir son entourage comme hostile ;
  • ressentir une insécurité permanente.

La schizophrénie est une maladie mentale qui peut être sévère et persistante. La maladie se manifeste par des épisodes aigus de psychose, suivis de divers symptômes chroniques. Le début de la maladie peut être progressif, s’étalant sur quelques semaines ou quelques mois. Dans bien des cas, la schizophrénie fait son apparition de façon tellement insidieuse et graduelle que les personnes qui en sont atteintes, ainsi que leur famille, prennent parfois beaucoup de temps à s’en rendre compte, comme dans mon cas. Elle peut aussi apparaître très soudainement.

De plus, cette maladie se manifeste dans la majeure partie des cas entre  15 et 30 ans. Elle peut apparaître avant ou après, mais ça reste des cas très rares.

Bref, voila pour l’explication “brute” de ce qu’est la schizophrénie. On va passer a la partie personnelle, celle ou je raconte ma propre expérience.

Dans mon cas, on parle d’un cas de schizophrénie juvénile. A savoir que, dans mon cas, la schizophrénie s’est déclarée bien avant 15 ans.

De tout temps, j’ai été très fermé. A l’école, je ne m’ouvrais pas aux gens. Au collège, j’ai commencé a subir différentes sortes de harcèlement et diverses moqueries, car j’étais différent des gens, un peu comme une bête de foire.

Le lycée a été un peu mieux, mais en gros j’étais l’ami sympa mais un peu bizarre avec qui il ne valait pas mieux être vu en train de parler.

Tout ça parce que j’avais peur des gens. La maladie parasitait mes liens sociaux avec les gens, et en plus j’avais peur de faire des crises de panique en public, ce qui aurait été dramatique je crois. Au final, j’ai toujours su cacher mes crises, ce qui fait qu’au lieu de passer pour “le mec fou” je passais juste pour “le mec bizarre mais gentil”

En plus de ça, j’ai toujours eu des facilités scolairement parlant, donc je savais me rendre utile. Au lycée, j’étais vu par les gens de ma classe comme étant la personne a voir pour faciliter les devoirs, donc j’ai réussi a me faire accepter.

MAIS, même si personne ne m’a jamais vu faire de crises, ça ne veut pas pour autant dire que je n’en ai jamais fait. Durant une période de crises, celles ci peuvent arriver a tout moment, a l’improviste. En pleine crise, j’entendais des voix dans ma tête, avait l’impression de me faire fixer par des yeux invisibles, l’impression que le monde entier complotait sur moi, disait des choses méchantes dans mon dos …a cause de ceci, j’étais plus ou moins socialement inadapté, car, même quand je n’étais pas en période de crises, il restait des réminiscences de ceci, qui faisaient que j’avais peur de me rapprocher des gens, et du coup préférait me réfugier dès que possible dans mes rêveries.

En revanche, cette inadaptabilité sociale occasionne également ce que l’on peut appeller une dépendance affective. Comme je cherchais pas a briser ma coquille et me rapprocher des gens, je souffrais d’un manque criant d’affection. Ce qui fait que, si une personne parvenait a briser ma coquille sociale, je m’accrochais a elle, faisait tout pour elle, et demandait d’elle le maximum, ce qui est usant pour la personne est mauvais pour moi, car une personne mal intentionnée peut en profiter pour me tromper.

Ceci a duré jusqu’a ce que l’on place un diagnostic sur la chose, a mes 22 ans. Depuis, je prends tout les soirs un médicament assez lourd, le Risperdal. C’est un traitement lourd, mais très efficace. J’ai fait des progrès spectaculaires, et, même si je suis toujours dépendant affectif, je suis devenu beaucoup plus ouvert et social.

Rappellez vous que la schizophrénie est une maladie grave et vraiment très incapacitante. Elle se soigne peut être très bien (j’en suis un parfait exemple) mais c’est un sujet dont il ne faut pas rire a la légère car certains peuvent le prendre mal.

Sur ce, je vous souhaite une bonne soirée, en espérant avoir éclairé votre lanterne 🙂

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s